Interessengemeinschaft Farbenindustrie

Créée en 1925 par la fusion de six grandes sociétés chimiques allemandes, Agfa, BASF, Bayer, Griesheim Elektron, Meister Lucius et Brüning/Höchst (incluant Cassella et Chemische Fabrik Kalle) et Weiler ter Meer, IG Farben, comme ce conglomérat est plus connu, devient vite un empire industriel de tout premier plan, prenant la quatrième place parmi les plus grandes compagnies au monde, après General Motors, US Steel et Standard Oil.

En 1939, l’IG Farben profite de l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne pour acquérir la totalité de son industrie chimique.

Durant la planification de l’invasion de la Tchécoslovaquie et de la Pologne, la direction de IG Farben collabore étroitement avec les responsables nazis et indique quelles usines de produits chimiques doivent être saisies et lui être livrées.

À partir de 1941, elle construit, à Auschwitz, l’usine Buna afin d’y produire de l’essence synthétique et du caoutchouc, en employant du personnel en provenance du camp de déportation voisin.

La société exploite aussi des travailleurs forcés dans plusieurs autres camps de travail.

Au faîte de sa puissance, en 1944, le conglomérat employa environ 190,000 personnes, dont 83,000 travailleurs forcés.

L’une de ses filiales, la Degesch, produisait le gaz Zyklon B, breveté par IG Farben, qui sera utilisé par les Nazis dans les chambres à gaz de certains camps d’extermination.

En 1941, une enquête expose une « entente » entre la Standard Oil de John D. Rockefeller et IG Farben. Elle a également apporté de nouveaux éléments de preuve concernant les complexes ententes sur les prix et la mise en marché entre DuPont, investisseur majeur et producteur d’essence au plomb, U.S. Industrial Alcohol Co. et leur filiale, Cuba Distilling Co. L’enquête a finalement été abandonné, comme des dizaines d’autres dans différents types d’industries, en raison de la nécessité de mobiliser le soutien de l’industrie dans l’effort de guerre.

La société IG Farben sera dissoute par décret en août 1950, et démantelée en 1952 en 12 sociétés, dont Agfa, BASF, Hoechst, Bayer AG et Dynamit Nobel.

Sur les 24 administrateurs de l’IG Farben en accusation dans ce qu’on appelle le procès IG Farben (1947-1948), 13 ont été condamnés à des peines de prison.

Parmi les accusés, et même parmi les condamnés, plusieurs seront nommés à la direction des compagnies héritières.

Les commentaires sont fermés.